• J'ai perdu mon billet de 5 euros

     

     

    Je l'avais dans ma poche, tout à l'heure !

    Absolument certain de l'avoir mis dans cette poche avant de partir...

    Oui, ça me fait chier.

    Plus de monnaie, je vais devoir aller retirer des thunes.

    Avec un peu de chance, je le retrouverai sous le lit, ou sous mon siège dans la bagnole...

    Sinon, je n'y penserai plus demain, car j'ai la chance de faire partie de ces gens pour qui perdre un billet de 5 euros n'est pas une catastrophe.

    Ces gens de la classe moyenne, ni riches, ni pauvres, qui comptent bien-sûr leurs sous, parce que la vie coûte cher, parce qu'il y a des dépenses à assumer, et parce que personne n'est à l'abri d'un gros pépin, peuvent malgré tout perdre un billet de 5 euros et vite s'en remettre.

    Dans ce climat de crise économique globale, c'est un peu la course à qui est le plus " à la dèche ".

    Qui paie le plus d'impôts, qui a le plus gros crédit à rembourser, qui a le plus d'enfants à nourrir.

    C'est une réalité, des gens vivent constamment dans la zone rouge de leur compte en banque, sans cesse endettés.

    Ceux-là peuvent se plaindre, car chaque euro compte.

    Pour tous les gens de la classe moyenne, un billet de 5 euros peut se perdre dans la rue.

    Peut-être sera t-il retrouvé par une personne dans le besoin ?

    Cela m'amène à cette question...

    Peut-on aider chaque personne faisant l'aumône dans la rue, distribuer les pièces de 2 euros, les billets de 5 euros, sans oublier personne ?

    Pour quelqu'un de la classe moyenne, non.

    On a nos courses à faire, on a un frigo à remplir.

    Aider tout le monde, non, puisque de toute façon on ne peut pas être partout.

    Et puis, c'est humain, une personne nous inspirera, et pas une autre.

    C'est comme ça.

    C'est comme toute relation sociale, quelque chose passe avec une personne, pas avec une autre.

    Alors, au moment de croiser une personne assise dans la rue, une personne qui nous touche, sans pouvoir expliquer pourquoi précisément, n'hésitons pas, lâchons le billet de 5 euros qu'on aurait peut-être perdu ou égaré sous le siège de la bagnole.

    Une fois, comme ça, de temps en temps, parce que le coeur nous en dit, parce qu'on est de bonne humeur. C'est toujours ça.

    Faisons-le autant pour aider une personne que pour satisfaire sa conscience personnelle.

    Ce billet de 5 euros, il ne change pas grand-chose à notre journée, mais il changera celle de la personne assise par-terre dans la rue.

    Parce qu'elle va se payer un sandwich, n'ayant pas mangé de la journée.

    Parce que vous lui avez apporté un tant soit peu d'attention.

    Parce que vous lui avez dit bonjour en tendant votre billet de 5 euros, elle reste une personne comme les autres.