• L'Homme de demain

     

    Bon, déjà, demain c'est quand ?

    C'est dans 200 ans ? Dans 20 ans ? La semaine prochaine ? Ou vraiment demain ?

     

    Quand je dis l'Homme, vous aurez bien noté le H, majuscule !

    L'Homme, quel que soit son sexe, femme, homme ou transsexuel.

    L'Homme, en tant qu'être humain.

    Etre humain, qu'est-ce que ça veut dire au fait ?

    Bon, j'arrête de balancer des questions dans tous les sens sans y répondre, en me la jouant philosophe à deux balles.

    Je reviens au sujet abordé. Au titre : " L'Homme de demain "

     

    L'Homme de demain, je voudrais qu'il soit... A l'écoute.

    C'est pour moi le principal défaut de nous autres bipèdes si intelligents, façonnant le monde à notre image, sans la moindre limite.

    Un monde devenu une machine à produire, du fric et des objets. Du fric et des objets. Du fric et des objets.

    Du fric et des objets devenus une fin. Alors qu'ils ne sont que des moyens. Des moyens de vivre ensemble, en société, en bonne intelligence, en s'écoutant les uns les autres.

    Mais...

    Nous n'écoutons pas. Nous n'écoutons ni nos semblables, ni la nature qui nous envoie mille messages, messages de bienveillance ou de mise en garde.

    Nous nous évertuons à foncer tête baissée vers on ne sait quoi, parce qu'on nous a appris qu'il fallait foncer tête baissée vers on ne sait quoi.

    On consomme, toujours plus. On accumule, toujours plus. On cherche à posséder, toujours plus.

    Et on n'écoute pas le monde.

    Le monde nous parle pourtant en permanence, nous offrant tant de merveilles, non tarifées, pas en solde, juste là, gratuites et à disposition.

    Mais nous préférons l'immédiateté d'un achat, d'un divertissement vite consommé, et on passe au suivant, frénétiquement.

    On ne prend pas le temps d'écouter, de s'écouter soi-même. On suit le mouvement.

    C'est pratique de suivre le mouvement, ça évite de se poser des questions.

    C'est pratique de ne pas se poser de questions, ça évite de se remettre en cause.

    Et ne pas se remettre en cause, c'est continuer à foncer tête baissée vers on ne sait quoi.

     

    Oui, vous êtes bien sur " L'optimisme est de rigueur ", sans nul doute.

    Je suis farouchement optimiste, mais aussi méchamment impatient.

     

    Impatient de faire connaissance avec l'Homme de demain.

    Impatient d'être à demain.

     

    Et demain, ça peut être vraiment demain.

    Demain, on ne sera toujours pas parfait.

    Demain, on ne sera pas plus gentil, pas plus moral qu'hier.

    Demain, on fera toujours des erreurs.

    Mais demain, on peut enfin se mettre à écouter.

    Ecouter le voisin, écouter les oiseaux, écouter le silence, écouter son esprit.

    Ecouter ses envies, écouter les envies d'autrui, et cesser enfin de foncer tête baissée vers on ne sait quoi.

    Ecouter la différence, écouter l'étranger, écouter l'enfant, écouter l'animal.

    Demain, on peut se mettre à prendre le temps. Prendre le temps de savoir qui on est, comment l'on vit, avec qui, où.

    Demain, on se remet en question, on met tout sur la table.

    Demain, on n'attend pas d'être à demain pour changer !

     

    Demain, c'est vraiment demain.