• L'optimiste rabat-joie ?

     

    Un jour, une amie ( devenue une ancienne amie depuis ) m'a dit qu'elle me trouvait trop négatif, dans mon discours, dans mes idées, dans mes publications diverses sur les réseaux sociaux.

    Elle m'expliqua qu'elle était gênée aux entournures parfois, à me lire et à m'écouter.

    Je ne faisais pourtant que pointer du doigt tout ce qui me semble alarmant et aberrant dans notre société moderne.

    Ce qui semble alarmant et aberrant aux yeux de tous a priori : gaspillage des ressources, inégalités sociales, individualisme, abrutissement des masses par l'appauvrissement de la culture et la création sans limites de besoins matériels... qui engendrent pollution et réchauffement climatique.

    On le sait tous ! Ce n'est pas une lubie de scientifique farfelu dans son étrange laboratoire.

    Je pense pouvoir le dire : nous sommes tous d'accord là-dessus, non ? Nous pourrions TOUS faire mieux que ça.

    Nous pourrions tous faire ces deux ou trois petits efforts qui, conjugués les uns aux autres, changent la donne.

    Alors pourquoi m'a t-elle trouvé négatif ?

    Peut-être parce qu'il n'est pas plaisant d'évoquer ce qui fâche. Parce qu'on préfère mettre des oeillères. On préfère " oublier ".

    Eh oui, sinon on peut se sentir jugé, parce que potentiellement coupable soi-même de collaborer à la dégradation de notre planète, et donc à la dégradation des conditions de vie de nos congénères.

    Peut-être m'a t-elle trouvé condescendant, du même coup ?

    Qui suis-je pour venir remuer la merde et donner la leçon ?

    Je suis un optimiste rabat-joie.

    Absolument imparfait, parfois paradoxal. Je ne suis pas exemplaire. Je fais des erreurs de jugement.

    Mais je crois avoir cette conscience collective qui me pousse à imaginer une société meilleure, pour moi ET pour les autres.

    Je ne me contente pas de penser et dire " oh la la, mais où va le monde, ces enfants qui meurent de faim, ces guerres oh la la "

    J'essaie de voir ce qui peut être changé dans mon quotidien, pour un monde plus juste et plus cohérent.

    Un petit geste ici, un petit geste là, une nouvelle habitude.

    La fourmi que je suis, si elle parvient à rencontrer d'autres fourmis qui tentent aussi de changer leur façon de vivre par ces petites touches, elle peut influer sur la société.

    Je repose encore une fois la question : pourquoi m'a t-elle trouvé négatif, moi qui suis pourtant tourné vers autrui, en quête d'idées nouvelles ?

    Peut-être parce que comme trop de gens, elle considère que ce n'est pas à nous, les fourmis, de régler le problème. Même si nous savons inconsciemment que nous faisons assez largement partie du problème.

    En fait, le simple fait de considérer qu'il y a un problème n'est pas acceptable pour beaucoup d'entre nous.

    Alors, on fait comme s'il n'y avait pas de problème.

    Et quand il n'y a pas de problème, il n'y a pas de solution à trouver.

    Alors le " penseur " qui vient secouer tout le monde, alors que tout va bien, forcément... On le trouve négatif.